Medaglia Charles Architetto Garnier Opéra Casinò di Montecarlo Fauconnier Medal

EUR 99,75 Compralo Subito o Proposta d'acquisto 24d 1h, EUR 8,92 Spedizione, 14 giorni Restituzione, Garanzia cliente eBay

Venditore: breizh.antiques.5 (3.095) 100%, Luogo in cui si trova l'oggetto: Strasbourg, Spedizione verso: Worldwide, Numero oggetto: 173726911011 Medaglia Charles Architetto Garnier Opéra Casinò di Montecarlo Fauconnier Medal La descrizione di questo articolo è stata tradotta automaticamente. Se hai dubbi o domande, ti invitiamo a contattarci. 44-Med 7017 2Médaille en bronze de la Monnaie de Paris (Poinçon corne d'abondance à partir de 1880) .Frappée en 1974 .Graveur : Fauconnier .Dimension : 68 mm .Poids : 158 g .Métal : bronze .Poinçon sur la tranche (mark on the edge) : corne d'abondance + bronze + 1974 .Envoi rapide et soigné.Jean Louis Charles Garnier, né à Paris le 6 novembre 18251 et mort dans la même ville le 3 août 1898, est un architecte français.Les légendes concernant son lieu de naissance et ses origines familiales furent nombreuses et tenaces. Ainsi, Charles Garnier naquit non pas à Saint-Calais (Sarthe) comme l'a voulu une tradition écrite, mais à Paris, rue Mouffetard, dans l'actuel 5e arrondissement2. Cette confusion est due au fait que, enfant, il venait régulièrement passer ses vacances chez sa grand-mère installée à Saint-Calais qui y acquit deux maisons et un jardin situés près de l'église, vers 1838[réf. souhaitée]. Des amis intimes de Garnier diffusèrent l'idée qu'il était issu d'une famille pauvre[réf. souhaitée]. En réalité son père, Jean André Garnier, d'origine sarthoise, s'était installé à Paris après avoir été forgeron, puis carrossier-charron ; il y monta une entreprise de location de voitures hippomobiles. En 1824, il s'était marié à Louise Marie Félicité Colle3, fille d'un capitaine de l'Empire.Charles Garnier, portrait par William Bouguereau de 1853.Après sa communion, Charles Garnier est envoyé dans un institut de Bellême (Orne), tenu par un ami de la famille, afin de parachever son éducation. De retour à Paris en 1838, il poursuit ses études scolaires puis prend des cours à l'école de dessin de la rue de l'École-de-Médecine (aujourd'hui École nationale supérieure des arts décoratifs). Comme beaucoup d'élèves-architectes du XIXe siècle, la formation de Garnier passe obligatoirement par l'enseignement dispensé dans les ateliers d'architectes. Il travaille dans l'atelier de J.-A. Léveil, mais ce dernier, criblé de dettes, est contraint de fermer son atelier. Après ce court passage de quelques mois, le jeune élève est formé chez Hippolyte Le Bas. Il reçoit d'autre part un enseignement complémentaire à l'École des beaux-arts située rue Bonaparte à partir de 1842 ; il obtient le premier grand prix de Rome d'architecture en 1848. Le sujet de l'épreuve finale s'intitulait « Un conservatoire des arts et métiers, avec galerie d'expositions pour les produits de l'industrie ».Il fut pensionnaire de l'Académie de France à Rome du 17 janvier 1849 au 31 décembre 1853. Il fit de nombreux voyages en Italie d'abord, La Toscane, la Vénétie, Rome et la Sicile deux fois. En 1852 il effectua un long voyage en Grèce qui lui fournit le sujet de son envoi de quatrième année, présenté au Salon en 1853. Il visita la Grèce avec Edmond About et Constantinople avec Théophile Gautier et choisit de réaliser le relevé du temple d'Aphaïa à Égine où il insista sur la polychromie. Ce voyage de cinq ans dans la lumière méditerranéenne lui laissera un souvenir indélébile ; son goût pour la couleur et l’orient est une empreinte définitive. Son style sera caractérisé par ce goût de la polychromie et par la parfaite intégration des trois arts, l’architecture, la peinture et la sculpture4.Il rentre à Paris le 17 janvier 1854 et souffre de troubles neurasthéniques assez graves qui dureront plus d’un an. Il sera hypocondriaque le reste de sa vie, se croyant toujours atteint de maladies graves qui ne dureront que le temps de ses inquiétudes5.Son prix de Rome lui vaut quelques nominations administratives, et fait quelques projets mineurs, avant de se lancer, en 1860 dans le concours de l’Opéra de Paris6.Le 6 janvier 1858, il épouse Louise Bary, née en 1836 dans une famille d’universitaires, sœur de son ami Arthur Bary, normalien, lié à ceux que Garnier a rencontrés à l’école d’Athènes lors de son périple oriental avec Théophile Gauthier. Ils auront deux enfants : Daniel qui ne vivra que 2 ans (18.Le support n'est pas à vendre .The stand is not for sale. __________________________________________________

ressourcesrivesud.com Insights ressourcesrivesud.com Esclusivo
  •  Popolarità - 2 viste, 0.3 views per day, 6 days on eBay. Normale quantità di viste. 0 venduti, 1 disponibile.
  •  Prezzo -
  •  Venditore - 3.095+ oggetti venduti. 0% feedback negativo. Grande venditore con molto buone risposte positive e oltre 50 recensioni.
Prodotti simili Items
Sitemap